Les recherches sur les palmiers de Madagascar au sein de KMCC

Les recherches sur les palmiers de Madagascar au sein de KMCC

Madagascar figure parmi les territoires les plus riches en palmiers dans le monde. Avec les 202 espèces répertoriées actuellement, l’île compte trois fois plus d’espèces de palmiers que dans tout le continent Africain. En plus, le taux d’endémisme est élevé, estimé  à 98%.

Les recherches sur les palmiers de Madagascar menées par KMCC s’étendent sur le plan taxonomique, l’écologie et les tendances biogéographiques des espèces ainsi que sur leur conservation. Depuis 2008, une trentaine de nouvelles espèces ont été decrites, et en 2012, une mise à jour de l’évaluation du statut UICN des 192 espèces endémiques de Madagascar a été publiée sur le site web de la liste rouge (www.iucnredlist.org).

Une nouvelle clé d’identification des espèces sera mise en ligne en 2015. Cette clé d’identification, de nature interactive, comprendront toutes les espèces, natives ou naturalisées, reconnues actuellement à Madagascar. Elle intégrera donc toutes les espèces décrites après la publication de « The Palms of Madagascar » et constituera une base solide pour une identification correcte des espèces par tout le monde. En outre, une étude phylogénétique de toutes les espèces malgaches est également en cours au Royal Botanic Gardens, Kew. Le but de cette recherche consiste à établir une délimitation taxonomique bien définie pour chaque espèce.

Rakotoarinivo M.

Agroforesterie et restauration dans la NAP du Massif d’Itremo

par Tiana Randriamboavonjy et Mamy Rasolofoarivony

Grâce au financement du Darwin Initiative, le projet sur l’agroforesterie initié par KMCC a commencé en octobre 2013 avec l’appui de deux partenaires locaux : le SNGF (Silo National des Graines Forestières) et l’ONG Ny Tanitsika Feedback Madagascar (NT), et d´autre part des communautés de base issues des neuf villages localisés dans la NAP du Massif d’Itremo et une autre du village Mahavanona, dans le district d’Ambatofinandrahana.

Ce projet de trois ans a pour objectifs la conservation de la biodiversité de la NAP du Massif d’Itremo et le maintien de ses services écologiques tout en supportant l’engagement de la communauté locale par la mise en place de techniques sur l’agroforesterie et la restauration forestière.

Globalement, ce projet comporte trois activités:

i) la production en pépinière des espèces de plantes utiles sélectionnées, autochtones ou introduites,

ii) la plantation des plants obtenus après semis à l’intérieur des plots de démonstration des villageois et,

iii) l’enrichissement des forêts de tapia à partir de plants issus des pépinières.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Pépinière à Itremo pour le projet « Agroforesterie » de KMCC
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Jeunes plants de Tapia dans la pépinière d’Itremo.
Arrosage des plants d’Eucalyptus dans la pépinière d’Itremo.

La technique de plantation suivant le système Inga a été proposé dans ce projet. C’est une technique nouvelle pour les habitants, qui sont habitués à cultiver les plantes selon un système non conforme ni à leur besoin ni à leur subsistance. Des séances de formation et de suivi s’avèrent ainsi nécessaire avant et après l’exécution de chaque activité pour le succès de la collaboration avec les groupements villageois sélectionnés.

L’équipe en train de préparer les fruits de Inga.
L’équipe en train de préparer les fruits de Inga.

Ce projet travaille avec 20 pépiniéristes, 10 techniciens responsables des plots de démonstration et 20 agents de suivi. Les techniciens de KMCC, du SNGF et de NT sont les responsables des formations et des suivis réguliers sur chaque site d’intervention. Les groupements villageois ont bénéficié de trois types de formation et d’au moins une séance de suivi par site tous les deux mois. Actuellement, plus de huit espèces de plantes introduites et cinq autochtones ont été semées dans le cadre de ce projet ; certaines sont déjà en attente de transplantation sur le terrain.

Atelier des partenaires du projet Agroforesterie (Ranomafana, Juillet 2014).
Atelier des partenaires du projet Agroforesterie (Ranomafana, Juillet 2014).

L’intégration des autorités locales, le comité d’évaluation, contribue également au succès de ce projet. Ce comité, récemment formé, est composé des représentants ministériels locaux. Leurs responsabilités principales consistent à contrôler les activités à l’intérieur de la NAP. Par exemple, ce comité a suggéré l’équipe du projet l’amélioration de l’approche au niveau administratif et communautaire afin d’harmoniser les travaux envisagés relatifs au développement local.

KMCC Staff

Les membres de KMCC sont constitués de onze chercheurs, de trois personnels d’appui et d’une étudiante. A majorité botanistes, le staff est toutefois pluridisciplinaire du point de vue recherches sur les plantes et sur l’écologie en général.

Les chercheurs de KMCC

HeleneDr Helene Ralimanana (KMCC Team Manager)

Représentant du Royal Botanic Gardens, Kew à Madagascar et responsable du personnel, des programmes de recherches, des projets de conservations, des éducations environnementales et de l’encadrement des étudiants de KMCC. Sa recherche taxonomique concerne également les Phyllanthaceae de Madagascar.

Franck RakotonasoloDr Franck Rakotonasolo (Collection Programme Manager)

Coordinateur du programme des collectes d’échantillons botanique de KMCC. Chargé également de l’éducation environnementale, particulièrement sur les relations avec la communauté locale.

Tianjanahary Randriamboavonjy (Species Conservation and Communities Team Leader)

Botaniste, principale responsable des activités sur les projets de conservation du KMCC. Coordinatrice du projet NAP du Massif d’Itremo, elle identifie et met en œuvre les actions prioritaires dans la région.

Solofo PhotoSolofo E. Rakotoarisoa (Drylands Project Officer Millennium Seed Bank Partnership Madagascar)

Responsable du programme Millennium Seed Bank Partnership (MSBP) à Madagascar  et  des recherches sur la systématique, l’écologie et la biogéographie du genre Aloe de Madagascar.

Landy RitaLandy R. Rajaovelona (Madagascar Orchid Conservation Officer)

Responsable des recherches taxonomiques et écologiques, des projets de conservation in situ et ex situ des orchidées de Madagascar et l’évaluation de leur statut de conservation IUCN.

Guy E. Onjalalaina (Botaniste)

Botaniste chargé de collecte sur le terrain des spécimens d’herbiers et de leur identification  dans les herbaria. Assistant à la recherche et au programme d’éducation environnementale dans la NAP du Massif d’Itremo.

Linah M. Rabarivola (Botaniste)

Botaniste chargé de collecte sur le terrain des spécimens d’herbiers et de leur identification  dans les herbaria. Gestionnaire de la base de données de KMCC et assistante au programme de conservation dans la NAP du Massif d’Itremo.

Romer N. Rabarijaona (Botaniste)

Botaniste chargé de collecte sur le terrain des spécimens d’herbiers et de leur identification  dans les herbaria. Assistant au développement de la base de données de KMCC et au programme de conservation de la NAP du Massif d’Itremo.

RanOLYMPUS DIGITAL CAMERAdriatsara Fetra (Ecologiste, Biologiste et Forestier)

Agroforestier au sein du KMCC. Responsable du projet agroforestier dans l’aire protégée du massif d’Itremo/Ambatofinandrahana.

DSCF4839Fenonirina RAKOTOARISON (KMCC Ambanja Officer)

Botaniste, responsable du bureau KMCC Ambanja. Responsable du projet « conservation, gestion et valorisation des espèces des ignames sauvages pour la securisation alimentaire dans la région Nord de Madagascar.

 Le personnel d’appui

Roger RajaonarisonRoger Rajaonarison (Chauffeur technicien)

Chauffeur et responsable de la logistique, des matériels et équipements de terrain ainsi que la gestion de la bibliothèque de KMCC.

Roland RandriamilaisonRoland Randriamialison (Gardien et jardinier)

Responsable du jardin et de la sécurité au sein de KMCC. Gestion des matériels et équipements. Assistant au séchage et triage des herbiers.

Victoire RavaoarimangaVictoire M. Ravaoarimanga (Ménage et gestion des équipements de terrain)

Femme de ménage. Assistante à la gestion des équipements de terrain et du séchage et triage des herbiers.

 Etudiants

Nanja Olinirina (Etudiante en pHD)

Etablir la liste des espèces de Graminées existantes dans la NAP du Massif d’Itremo avec leur clé de détermination, leurs endémicités et leurs préférences écologiques.

 CédriqueLova Cédrique Solofondranohatra (Etudiante en pHD)

Ecologie, génétique et rôles de  Loudetia simplex dans les prairies de Madagascar.

 

 
 
 
Dernière mise à jour: 08/02/2016

La Nouvelle Aire Protégée du Massif d’Itremo

Panorama Itremo
Vue partielle du massif d’Itremo

Le Massif d’Itremo, dans les hautes terres de Madagascar, est unique au monde de par sa géomorphologie et sa biodiversité. Le massif est composé essentiellement de rochers quartzitiques et schisteux, d’âge Précambrien. Environ 600 espèces végétales y ont été répertoriées jusqu’à présent. Ce nombre pourrait encore augmenter au fur et à mesure que les travaux d’inventaires au sein de la nouvelle aire protégée progressent. La cartographie des formations végétales de la région de l’Itremo, effectuée par le KMCC en 2011, a permis de recenser 13 différents types de végétations bien que les formations les plus évidentes dans la région soient les savanes, les bois de tapia et les rocailles.

Carte de la vegetation de l'ItremoAvec son paysage montagneux et rocheux, la NAP de l’Itremo constitue une source hydraulique des bassins versants environnants et dont les activités économiques régionales en dépendent largement. La NAP du Massif de l’Itremo offre ainsi certains services écosystémiques à la vie quotidienne des populations locales. Ces dernières appartiennent majoritairement à la tribu des Betsileo. Leurs activités se rapportent à l’élevage extensif de zébus (pâturage dans les prairies d’Itremo), à l’agriculture, à l’exploitation minière mais aussi à des activités relatives à la production des tissus de soie (lamba landy).

Paturage
Des zébus pâturant dans l’aire protegee de l’Itremo
mines
Une carrière minière illicite dans l’aire protégée de l’Itremo

 

Rakotoarinivo M.

Qui sommes-nous

Kew Madagascar Conservation Centre (KMCC) est une organisation non gouvernementale (ONG) à but non lucratif.  Cette institution est le siège à Madagascar du Royal Botanic Gardens, Kew (RBG, Kew), un jardin botanique de Londres, Royaume-Uni. Madagascar est le seul pays en dehors du Royaume-Uni où Kew maintienne une présence permanente.L’équipe locale,travaillant avec le personnel de RBG, Kew et des institutions locales, apporte une contribution significative à la recherche et à la conservation à Madagascar. Notre programme de recherche et de conservation est coordonné par l’équipe scientifique de Madagascar, qui se compose de spécialistes ayant des intérêts tirés dans l’institution. La crise de la biodiversité nous a contraint à mettre l’accent sur la conservation afin d’atteindre les objectifs de la Vision de Durban, la stratégie mondiale pour la Conservation des plantes et les objectifs du Millénaire pour le développement. Les travaux portent sur les thèmes suivants : la taxonomique et ses recherches en systématique, la conservation des espèces et la conservation de la biodiversité.