Valorisation des insectes comestibles dans l’Aire Protégée du Massif d’Itremo

par Fetra Randriatsara et Sedera Ramaromanana

Les enquêtes socio-économiques menées par Kew Madagascar Conservation Centre aux alentours de la NAP du Massif d’Itremo ont permis de connaitre deux insectes comestibles. Ce sont Bunaea aslauga « kirby » ou « kijajy » et Borocera cajani ou « landibe » appartenant respectivement aux familles des Saturniidae et Lasiocampidae. Ces deux espèces constituent une source alternative de protéine pour les villageois, vu que ces derniers consomment occasionnellement d’autres types de viandes.

Larves des deux vers à soie comestible dans la NAP Massif d’Itremo

L’espèce B.aslauga est consommée à la fois en stade larvaire et en stade de chrysalides. Seulement, à ce deuxième stade, elles sont collectées sous terre, altérant ainsi les sous-bois des forêts Tapia. Quant à B.cajani, seule les chrysalides sont consommées. Elle est beaucoup plus appréciée que tout autre insecte existant dans la région.

Ces deux insectes se nourrissent des feuilles de tapia (Uapaca bojeri), une plante endémique de Madagascar. Cependant à cause des menaces et pressions, notamment la pratique fréquente des feux de brousse et la méthode de collecte de cocons rudimentaire, la production de vers à soie devient de plus en plus faible dans la nature.

Face à cette situation, KMCC a collaboré avec les communautés locales afin de trouver des solutions pour la pérennisation de la production des vers à soie. Des élevages en cage et au centre de grainage ont été installés dans chaque village pour avoir une production massive d’œufs. Une cage et un centre de grenage par communauté ont été installés.

Elevage de vers à soie en cage

Une fois éclos en cage ou dans des boites en plastiques, les chenilles sont relâchées dans les forêts de Tapia. Le moment de relâcher les chenilles coïncide avec le développement et le cycle biologique de l’espèce dans la nature.

Depuis l’application de cette technique, la quantité des cocons dans la nature s’avère être en hausse. Les populations n’ont plus besoins de se déplacer trop loin pour les collecter. Les chrysalides venant des cocons sont consommées localement ou vendus au marché. Tandis que les cocons vides sont stockés par chaque foyer et achetés par des collecteurs pour être transformés en fil et puis en ‘’lamba landy’’ afin d’être vendu en ville.

Système d’élevage de vers à soie au centre de grainage

Des sensibilisations par des affichages, posters et émission de vidéo ont été réalisées pour montrer la collection légale et durable des cocons dans l’aire protégée. Puis une restauration de 4.5 Ha de forêts de Tapia dégradées a été effectuée. Ensuite, des pares-feux de 12 km ont été installés autour des sites de restauration afin d’assurer la régénération des plantules et de protéger l’incendie des vers à soie.

Enfin, une présentation a été faite lors de l’atelier intitulée ‘insects for food and feed’’ au ‘California Academy of Science’ du 06 au 08 Avril 2017 dernier pour information et pour la recherche des partenariats sur la valorisation de ces insectes dans la NAP du Massif d’Itremo.

Présentation sur la consommation des vers à soie à Itremo au California Academy of Science CAS
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s