Projet sur la conservation des ignames de Madagascar en vue d’un sécurisation alimentaire

par Tiana Randriamboavonjy et Mamy Tiana Rajaonah

Madagascar possède une quarantaine d’espèces d’ignames endémiques (Jeannoda et al., 2007). Ces espèces sont pour la plupart comestibles et constituent la principale source de nourriture des populations dans nombreuses régions de Madagascar pendant les périodes de soudures. Les collectes irrationnelles de ces produits ont entraîné le KMCC, avec le financement de Darwin Initiative, a élaboré un projet de trois ans (2015-2018) sur la conservation, la gestion et la valorisation des espèces sauvages pour la sécurisation alimentaire.

Les principaux objectifs de ce projet sont :

  • établir un système de conservation nationale des ignames
  • posséder au niveau des ménages des matériels génétiques à partir d’une collection des graines et de plantes vivantes, et enfin
  • apporter un appui pour Madagascar dans la promotion de la technique culturale et de la conservation (in-situ et ex-situ) de la biodiversité.
Collecte de tubercules d'igname
Collecte de tubercules d’igname

Lire la suite Projet sur la conservation des ignames de Madagascar en vue d’un sécurisation alimentaire

Publicités

Inga, une plante utilisée pour la promotion de l’agroforesterie dans la NAP du Massif d’Itremo

par Tiana Randriamboavonjy

Dans le cadre du projet « Agroforestry Livelihood » financé par le Darwin Initiative, Kew Madagascar Conservation Centre en partenariat avec l’ONG Ny Tanitsika -Feedback Madagascar (NT-FBM) et le Silo Nationale des Graines Forestières (SNGF) vulgarise depuis 2014 l’utilisation de l’Inga dans les pratiques culturales dans neuf villages autour de la NAP du Massif d’Itremo.

L’Inga, une légumineuse originaire des zones tropicales de l’Amérique Latine, compte environ 300 espèces (The Inga Foundation, 2010-2014). C’est un arbre qui peut atteindre une taille maximale jusqu’à 20 m de hauteur. Sa gousse de 30 à 40 cm de long contient jusqu’à 30 graines aplaties dont la membrane fine est comestible.

Gousse d’Inga avec une graine aplatie
Gousse d’Inga avec une graine aplatie
Feuilles pennées d’Inga avec des pétioles ailés
Feuilles pennées d’Inga avec des pétioles ailés
Fleur d´inga
Fleur d´inga

L’espèce d’Inga, I. edilus Mart., a été introduite à Madagascar, dans la région de Fianarantsoa, vers l’annee 1990 pour un essai de culture en agroforesterie. Apres son acclimatation, l’Inga a été vulgarisé dans la commune de Soavina (Ambatofinandrahana). Ce site constitue actuellement le lieu fournisseur des graines d’Inga pour le projet.

Achat de gousses d’Inga à Soavina

Achat de gousses d’Inga à Soavina
Achat de gousses d’Inga à Soavina

L’approvisionnement en graines d’Inga concernent neuf villages autour de la NAP Itremo afin d’assurer une pratique culturale plus améliorée suivant le « système Inga » (Pennington et al., 1998). Cette technique consiste à planter les Ingas suivant des lignes parallèles dans une parcelle de 0.5 ha. D’autres légumineuses et les semences de plantes habituellement considérées par les paysans sont cultivées entre les rangées d’Ingas Cette pratique a pour avantage d’obtenir une espace optimale pour une bonne croissance de chaque type de culture. En fait, l’Inga a besoin d’une espace puisqu’il se développe rapidement, la plante peut atteindre une hauteur de 5-6 m après 3-4 ans de plantation. A part, l’ombrage pour les cultures associées. , l’Inga a des usages multiples :
• Amélioration du sol par la présence des nodules fixateurs d’azote;
• Formation d’un humus (mulch) épais après la décomposition rapide de ses feuilles sous une condition suffisante d’humidité et de température;
• Bois de construction ou bois de chauffe à partir de la troisième année de plantation.
• Graines comestibles
Après 2-3 ans de développement l’Inga produit des fruits. Les graines d’Inga devraient être semées rapidement afin d’éviter toute perte de viabilité. Toutes les graines devraient tout de suite être mises en pots pour ne pas perdre leur capacité de croissance. Apres l’ouverture de la gousse, une excroissance blanche se développe sur une graine exposée au soleil. En pépinière, il faut environ une année pour produire un jeune plant prêt à transplanter.

Un pied d’Inga adulte dans un champ de culture
Un pied d’Inga adulte dans un champ de culture

Plus de 1 000 gousses d’Inga ont été partagés aux neuf villages autour de la NAP du Massif d’Itremo. Deux villages, Mahavanona et Ambondrona Est, n’ont pas encore pu avoir leur part par manque de gousses, tandis que les villages d’Ankafotra et d’Ihazofotsy sont les deux meilleurs producteurs. En moyenne, 300 jeunes plants d’Inga ont été produits par village.

Plants d’Inga en pépinière après semis

Plants d’Inga en pépinière après semis
Plants d’Inga en pépinière après semis

Le tableau suivant donne en détail la répartition des Inga partagés

Village Nombre d’Inga sorti des pépinières Nombre d’Inga cultivé en plots Nombre d’Inga partagés aux communautés
Itremo 148 148 0
Ifasina 59 40 19
Ihazofotsy 552 448 104
Ambondrona 0 0 0
Ankafotra 724 200 524
Andondona 486 230 256
Mandimbizaka 63 63 0
Riampotsy 200 200 0
Mahavanona 0 0 0
TOTAL 2232 1329 903

Plantation d’Inga en ligne dans un plot de démonstration

Plantation d’Inga en ligne dans un plot de démonstration
Plantation d’Inga en ligne dans un plot de démonstration

Références bibliographiques
– The Inga Foundation. The Inga tree. 2010-2014. Disponible à l’adresse suivante : http://www.ingafoundation.org/the-inga-tree/
– Pennington & Fernandes. The genus Inga Utilisation. The Royal Botanic Gardens, Kew, 1998

Promotion de la culture de bambou dans le Massif d´Itremo

par Herson Andrianirina

Pour compenser le besoin des populations riveraines de la NAP du Massif d’Itremo en ressource en bois, 320 plants de bambous (Dendrocalamus brandisii (Munro) Kurz) ont été distribuées gratuitement dans huit villages concernés directement par le projet de conservation du massif d’Itremo dont Kew Madagascar Conservation Centre (KMCC) est le promoteur et qui est financé par la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar (FAPBM). Le partage de ces plants de bambous a été accompagné de fiches techniques mentionnant la technique de culture, les précautions à prendre et les modes d’utilisations de la plante. Pour ce faire, des réunions avec les communautés de base (COBA) ont été organisées en tenant compte la description morphologique de la plante et le mode de multiplication du bambou par tige et par rhizome.

Transport des plantules de bambous
Transport des plantules de bambous

Lire la suite Promotion de la culture de bambou dans le Massif d´Itremo

Réunion de coordination du programme « Agroforestry Livelihoods » à Fianarantsoa

par Mamy Rasolofoarivony

La réunion pour le trimestre I du programme  « Agroforestry Livelihoods Project » de KMCC et ses partenaires, SNGF et Feedback Madagascar, s´est déroulée les 28 et 29 avril 2015 dans la salle de réunion de Notre Dame du Cénacle à Fianarantsoa. Cette réunion a permis de définir le planning des activités respectives de chacun pour le trimestre II de l’année 2015. Notamment sur :

  • le renforcement de capacités des pépiniéristes et des Agents de Suivi Phénologiques (ASP) afin d´atteindre l´objectif de production annuelle de 20,000 plants/COBA,
  • la délimitation et le relevé GPS des surfaces restaurées et reboisées au cours de cette campagne,
  • la stratégie à adopter pour la période restante du projet, et
  • l´identification des cinq espèces cibles pour en dégager un plan de gestion.

Une évaluation des activités réalisées sur le reboisement/restauration et le projet agroforesterie dans les régions d’Itremo et du COFAV, a été aussi effectuée lors de cette réunion. Tout le monde a présenté un compte rendu de leurs réalisations pour l´année 2014-2015. Des formations ont eu lieu sur la culture de bambous (par KMCC) et la technique de dépressage et du VAM (par SNGF) Le projet « Agroforestry Livelihoods Projects » est financé par le ‘Darwin Initiative’ pour une durée de trois ans depuis 2013.

Participants à l´atelier de coordination á Fianarantsoa
Participants à l´atelier de coordination á Fianarantsoa